Los Páramos : source majestueuse d’eau potable

Si nous souhaitions résumer la description de ce monument naturel sans équivalent, nous dirions simplement que nous sommes face à un écosystème, majestueux et des plus précieux, protégeant la biodiversité depuis les si hautes montagnes de la cordillère des Andes en Colombie.

Car en effet, les « Páramos », qui pourrait se traduire par le mot « landes » mais perdrait alors sa dimension surréelle, sont considérés comme un sanctuaire de vie depuis l’époque préhispanique et la source d’eau potable la plus importante de Colombie.

Situés entre 3000 et 4100 mètres d’altitude, il s’agit du système naturel avec la plus grande irradiation solaire au monde, générant ainsi la flore montagneuse la plus riche de la planète. La végétation unique des Páramos se comporte comme une éponge qui absorbe l’humidité de la brume et la restitue à la terre, régulant alors le cycle hydrologique naturel.

Dû à son immense potentiel de stockage et a la régulation de cette si précieuse eau pure, les páramos donnent naissance aux principales rivières de Colombie et approvisionnent les aqueducs.

Cette généreuse usine aquatique est l’hôte d’une végétation constituée d’arbustes, de fougères et des mousses typiques de l’Amérique du Sud. Notamment le Frailejón, l’espèce la plus représentative de cet écosystème.
Avec ses feuilles longues et poilues, ils captent et absorbent l’eau contenue dans le brouillard, la stockent et la redistribuent pour nourrir rivières et canaux.

70 % de la population colombienne est approvisionnée en eau potable par les Páramos du pays, et c’est pour cela que sa conservation et utilisation responsable est à la fois un devoir et un compromis des Colombiens avec notre si noble nature.

Des espèces animales comme l’ours à lunettes, le lion des montagnes, le daim à queue blanche, le renard des landes, le lapin, l’aigle et le condor des Andes, oiseau emblématique de l’écusson colombien, entre autres, cohabitant dans cet endroit froid et humide font partie essentielle de la contribution à l’environnement.

Actuellement dans le pays, des programmes de protection des « Páramos » sont mis en place, car des pratiques telles que l’agriculture, l’élevage de bovins, et l’exploitation minière démesurée ont indéniablement réduit et affaiblis les ressources.
C’est aujourd’hui que l’activité humaine doit entrer en harmonie avec la nature afin de réussir à maintenir le cycle de vie naturel pour son propre avenir.

Bien qu’étant tous connectés, l’information à la portée du doigt, un tel lieu ne peut être transcrit en mots ou en images. L’air pur, la douce brume, la luminosité à une telle altitude ne peuvent être perçus qu’en y posant le pied. Et pourtant il irait à l’encontre de son rôle que de tous se ruer en son sein pour l’apprécier. C’est pourquoi ils doivent rester tel un mythe invisible qui nous nourrit et que l’on protège en retour.

About the author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *